CHEVAL

Sport, métier ou loisir ?
Les métiers du cheval s’organisent autour de ces trois concepts. La démocratisation de l’équitation et le développement des loisirs augurent de leur bel avenir. En selle pour choisir le métier qui vous passionne !

fiche metier cheval

Les métiers du cheval
Eleveur ou entraîneur, cavalier professionnel ou moniteur. Vétérinaire ou palefrenier. Gestionnaire de centre équestre ou commercial en produits équins ou de sport équestre... Ces métiers diversifiés demandent une certaine polyvalence.

Dès le CAPA jusqu’à la licence professionnelle, les établissements-cheval du CNEAP vous préparent à ces métiers.
• L’élevage équin, souvent complémentaire d’une autre activité agricole.
• Les centres ou clubs équestres très liés aux secteurs des loisirs, du tourisme et des sports équestres.
• Les haras nationaux, rattachés au Ministère de l’Agriculture avec entrée sur concours.
• Les métiers du soin et de la santé équine avec des formations en constante évolution.

fiche metier cheval2Les loisirs équestres
La pratique sportive de l’équitation est encadrée par la Fédération Française d’Equitation. L’enseignement ou l’animation en centres de loisirs ou centres équestres est réservé aux titulaires d’un BAPAAT ou d’un BPJEPS ou encore d’un monitorat d’équitation. L’équitation est un loisir très répandu chez les jeunes collégiens et lycéens. Sans en faire leur futur métier, il leur est possible de se perfectionner au niveau pratique et d’améliorer leurs connaissances en hippologie tout en poursuivant leur cursus d’études.

 

pdfLes métiers du CHEVAL373.91 Ko

VOIR LES ÉTABLISSEMENTS PRÉPARANT CES FORMATIONS.

Copyright © 2015 CNEAP Aquitaine - Conception Internet Bordeaux            

Site utilisant des cookies

En poursuivant votre navigation sur notre site vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

J'ai compris

En application de la directive européenne dite " paquet télécom ", les internautes doivent être informés et donner leur consentement préalablement à l'insertion de traceurs. Ils doivent disposer d'une possibilité de choisir de ne pas être tracés lorsqu'ils visitent un site ou utilisent une application. Les éditeurs ont donc l'obligation de solliciter au préalable le consentement des utilisateurs. Ce consentement est valable 13 mois maximum. Certains traceurs sont cependant dispensés du recueil de ce consentement.

S'informer sur le site de la CNIL.